38 millions d’appareils électro et lampes ont été collectés en 2017

Une nouvelle tendance s’affiche : nous collectons de plus en plus de petits appareils, plus compacts et légers

Vendredi 18 mai 2018 — En 2017, Recupel a collecté via ses réseaux plus de 38 millions d’appareils électriques ou électroniques. Cela résulte d’une combinaison gagnante entre une accessibilité accrue des Points de Recyclage et une meilleure sensibilisation des citoyens au réseau de collecte. En termes de poids, le nombre de tonnes d’électro que la population belge a collecté a légèrement diminué par rapport à l’année précédente. Cette nouvelle tendance résulte, entre autres, du fait que les appareils électro deviennent de plus en plus compacts et légers. Pensez par exemple aux écrans plats qui ont remplacés les télévisions à tube cathodiques.

Au total, près de 38.122.530 appareils électro ont pu être collectés en 2017. C’est une hausse de 17.4 % par rapport à l’année 2016 qui comptabilisait plus de 32 millions d’unités d’électro (32.471.606 appareils). 

« Nous restons dans le top des pays qui collectent et recyclent de l’électro. L’essentiel est que ces appareils soient transformés en de nouvelles matières premières et que la Belgique devienne une mine urbaine efficace et mondialement reconnue. » souligne Peter Sabbe, CEO de Recupel.

La fraction ‘petit électro et lampes’ représente plus de 90 % de la collecte.

« Nous souhaitons que chaque consommateur puisse trouver un Point de Recyclage dans son magasin favori, permettant la mise au rebut des petits électro et des lampes. Il y a une réelle conscientisation chez les consommateurs. Le petit électro ne se jette pas à la poubelle, il se recycle ! », ajoute Peter Sabbe. 

Le nombre d’appareils collectés augmente pour ces deux catégories de respectivement 19,92 % et 14,53 %. Les appareils « Gros Blancs » (machines à laver, lave-vaisselle etc.) et « Réfrigération » (frigo, congélateurs, etc.) connaissant quant à eux une collecte grandissante de l’ordre de 1,23 % et 2,50 %. 

 « Nous assistons à une réelle miniaturisation des petits appareils électro » constate Els Verberckmoes, Treatment Manager chez Recupel. « Les appareils deviennent plus compacts et légers, ce qui fait baisser le tonnage total de tout l’électro mis au rebut et collecté en 2017 ».

111.000 tonnes de vieil électro domestique ont été collectées par les consommateurs et les entreprises belges en 2017 (comparé à 115.000 tonnes en 2016). Cette diminution s’explique notamment par  la baisse en volume de 15,51 % de la collecte des écrans à tubes cathodiques (les anciens téléviseurs et ordinateurs). Ces écrans à tubes cathodiques ne sont plus disponibles sur le marché belge. Les consommateurs belges achètent désormais des écrans plats, plus compacts et légers que leurs ancêtres.

Ces constatations se reflètent également dans le nombre de kg collecté par habitant : 9.80 kg/habitant en 2017 (comparé à 2016, 10.2 kg/habitant).

Notons que si nous combinons le total de la collecte des appareils domestiques avec le total des appareils professionnels tels que les photocopieuses, les scanners ou les distributeurs de boissons, le taux de collecte de l’électro usagé atteindrait les 117.000 tonnes, un chiffre non négligeable pour la Belgique. Nous assistons à une réelle augmentation de la collecte des appareils professionnels, passant de 4.000 tonnes en 2016 à plus de 6.000 tonnes en 2017. Cette belle augmentation est spécialement due à un meilleur reporting de nos partenaires. 

En matière de réutilisation, la Belgique est également à la pointe avec plus de 4 millions d’appareils réutilisés en 2017. Le secteur de la réutilisation, en pleine expansion dans notre pays, a permis cette importante avancée dans l’économie circulaire. 

« De nombreux appareils électro sont réutilisés grâce au travail de réparation et revalorisation des entreprises d'économie sociale de la Fédération RESSOURCES en Wallonie. Il subsiste un potentiel d'augmentation de cette donnée. Le grand intérêt de la réutilisation est de créer des emplois pour la remise en état fiable de ces déchets qui redeviendront ainsi des produits disponibles à nouveau sur le marché. » explique Arabelle Rasse, chargée de communication chez RESSOURCES. Il en est de même en Flandre où KOMOSIE s’engage ensemble avec Recupel à boucler la boucle. « C’est positif pour l’environnement mais également pour les personnes qui ont peu d’opportunités sur le marché du travail. Grâce à la collecte et à la réparation de biens, comme les appareils électro, ils trouvent un emploi qui a du sens dans les ‘Kringwinkels’. Il s’agit donc de prendre soin tant des personnes que de l’environnement. », ajoute Marleen Vos, Directrice générale de KOMOSIE.

L’ambition de Recupel est de continuer à œuvrer à la création d’une société circulaire et d’une économie circulaire, où les déchets sont transformés en matières premières prêtes à être réutilisées à l’infini. Ensemble, avec tous les partenaires du monde du recyclage et de la réutilisation, la mise en place d’une mine urbaine en Belgique est à portée de main.