Recupel veut mieux visualiser les flux de déchets électro en 2017

30% des déchets électro sont « invisibles » : Recupel plaide pour plus de collaboration afin d’avoir une meilleure vue sur les flux parallèles

Mardi 10 janvier 2017 — Recupel fait de 2017 l’Année de la Visibilité. « Recupel garantit que le vieil électro qu’elle collecte est réutilisé ou recyclé correctement », dit Peter Sabbe, CEO de Recupel. « Actuellement, 39% des appareils mis sur le marché sont collectés par Recupel. En ce qui concerne la situation des appareils restant, le destin d’une partie d’entre eux est plus ou moins connu. Toutefois, pour 30% de ces appareils, on ne sait absolument pas où ils se terminent. » Recupel va évidemment continuer à promouvoir la collecte, mais elle veut aussi, en collaboration avec les autres acteurs sociétaux, créer une meilleure vue d’ensemble sur les flux de déchets électro. « La collaboration est le mot-clé. Un partage d’information entre les gouvernements, la distribution, les producteurs et les recycleurs est la seule façon d’atteindre des résultats », dit Peter Sabbe.

Selon une étude réalisée en 2014 en collaboration avec l’Université des Nations Unies, la Belgique générait 22,4kg de déchets électro par habitant. 10,5kg de ceux-ci étaient officiellement collectés et registrés et 5,1kg étaient documentés.  Il n’y avait toutefois aucune vue sur les 6,8kg restants. « Avoir une meilleur vue d’ensemble devient donc une priorité », dit Peter Sabbe.

Une partie des flux “invisibles” sont illégaux, alors que d’autres flux non-registrés sont moins problématiques. Des « brokers » de matériel informatique envoient, par exemple, des ordinateurs remplacés vers une de leurs filiales en dehors de la Belgique, ou offrent des appareils à des œuvres caritatives, ou rendent du matériel médical à des hôpitaux à l’étranger. « Tout ceci sont des choses logiques et même parfois positives, mais une meilleure régistration et un meilleur aperçu de ces flux est nécessaire pour obtenir des données de rapportage correctes », selon Peter Sabbe.

Ces dernières quinze années, Recupel a développé un système qui garantit qu’un appareil électro collecté correctement en Belgique est réutilisé ou recyclé. 39% des déchets électro est collecté de cette façon, ce qui fait de la Belgique un des pays les plus performants au monde. Mais les objectifs Européens ont été affûtés, et d’ici 2019 tous les Etats Membres de l’Union Européenne doivent collecter 65% des déchets électro pour réutilisation ou recyclage. « Pour atteindre ces objectifs, on va devoir, ensemble, plus collecter, mais aussi mieux visualiser les flux de déchets électro », dit Peter Sabbe.

Recupel veut être un catalyseur de ce projet d’envergure, mais souligne que ce ne sera possible qu’avec le soutien et la collaboration de tous les partenaires actuels et futurs. « Faire de la Belgique la meilleure Mine Urbaine du monde est un projet sociétal d’envergure, que nous ne pouvons réaliser que collectivement avec les recycleurs, les producteurs, les distributeurs, les gouvernements et bien d’autres partenaires», dit Peter Sabbe. « Nous sommes enthousiastes pour mener ensemble ce projet à bon port ».

Pour les consommateurs et les entreprises, le message de Recupel reste le même : Ramenez vos déchets électro aux points de collecte de Recupel.  Vous les trouvez facilement sur Recupel.be.