Résultats 2015: La Belgique fait partie du top Européen, mais la collecte de déchets électro doit augmenter

Recupel mise sur les Points de Recyclages et les Recycleurs Recupel agréés

Mercredi 30 mars 2016 — Bruxelles, le jeudi 31 mars 2016 – La population belge a rassemblé l’année passée plus de 111.000 tonnes de déchets électro via le réseau Recupel, ce qui équivaut à 39% des produits mis sur le marché. La Belgique fait ainsi encore toujours partie du top Européen. Pourtant il faudra faire un bond en avant dans les prochaines années. Chaque État membre a comme objectif de collecter 45% des produits mis sur le marché d’ici fin 2016, et 65% d’ici fin 2019. « Ces pourcentages sont surement accessibles en Belgique si tout le monde émet le même message et joint les actes à la parole : on ne jette pas simplement les déchets électro, on les rassemble », dit Peter Sabbe, CEO de Recupel. Recupel misera les prochaines années sur le placement de Points de Recyclages et le développement du réseau de Recycleurs Recupel agréés.

Un appareil électro collecté correctement est recyclé en matières premières utilisables à plus de 90%. La Belgique est un des pays les plus performants à ce niveau. Une performance qui n’est rendue possible que si les déchets électro sont rassemblés d’une façon contrôlée. « En 2015, on a constaté une augmentation importante de presque 10% d’unités de petit électro collectées par le réseau Recupel par rapport à l’année précédente. Une augmentation a également eu lieu (7%) dans le segment du Gros Blanc (p.ex. frigos ou lessiveuses), ce qui est une conséquence de la fluctuation du prix des métaux sur le marché mondial. Le remplacement des télévisions et écrans à tube cathodique est en cours depuis plusieurs années, et nous notons ici donc une baisse prévue. Les autres segments restent stables.»

Une hausse importante est prévue du nombre de petits produits électr(on)iques disponibles sur le marché dans les années à venir, comme par exemple des wearables, action-cams ou haut-parleurs bluetooth. « Spécifiquement pour la collecte de ces produits, nous continuons à développer le placement de Points de Recyclages », dit Peter Sabbe. Ce récipient de collecte pour petit électro et lampes est un succès, et il peut être posté à beaucoup d’endroits stratégiques. »

A côté des Points de Recyclages, le vieil électro peut aussi être emmené dans un centre de réutilisation (7173 tonnes en 2015), dans les parcs à conteneurs ou au magasin lors de l’achat d’un appareil neuf. « Nous devons tous prendre l’habitude de ne pas laisser trainer les déchets électro et de les rassembler correctement. Les produits redeviennent en effet des matières premières que nous ne devons plus extraire de la terre. C’est de l’économie circulaire que nous pouvons tous facilement stimuler. »

Les déchets électro d’entreprise

Au niveau des déchets électro d’entreprise, un segment à grand potentiel, la collecte registrée est similaire à 2014. « Pour ce segment spécialement nous avons introduit le logo « Recycleur Recupel agréé ». Un collecteur ou recycleur qui l’utilise garantit qu’il suit certaines normes et qu’il fait un rapportage en collaboration avec Recupel. De cette façon nous voulons encourager les entreprises, les collecteurs et les recycleurs à travailler avec nous tout en laissant fonctionner le marché. »

Le vieil électro est le type de déchet qui augmente le plus rapidement. Une évolution qui doit être prise en compte mais qui est selon Recupel également une opportunité. « Les recycleurs belges font partie des meilleurs du monde. Ils retirent les polluants des appareils et transforment le reste en matières premières réutilisables. C’est notre tâche à tous de leur envoyer le plus de déchets électro possible. Ça n’a que des effets positifs sur notre environnement et la société dans laquelle nous vivons », conclut Peter Sabbe.